Préparation de la prochaine exposition

PANAMA. MEMOIRE DE CANAL
Du canal du Midi à celui de Panama
EAUX VIVES  EAUX TROUBLES

 
 

 
 

 
 

 C'est la rentrée pour la niouzléteur de la Paquita

 
 

 

Francisco Toledo, le peintre de Oaxaca qui avait lancé la collecte pour la reconstruction de Juchitan est mort.

 
 

 Assemblée générale de l’exercice 2018

 
 

 

Notre Présidente est allée rendre visite à l'école d'art de Pedŕo A Santo et nous a rapporté un bien beau message

Lire la suite ...

 
 

SOLIDARITE
AIDONS L’ISTHME DE TEHUANTEPEC

 

Certains d’entre vous y sont passés en allant vers le Chiapas ou la côte pacifique. D’autres en ont entendu parlé car Juchitan, la principale ville de l’isthme de Tehuantepec, n’est pas une ville comme les autres.

 

C’est une ville chère aux artistes mexicains, à Frida Khalo, à Tina Modotti et Graciela Iturbide. C’est la ville des grandes mobilisations sociales. C’est la ville où « les femmes commandent » car le matriarcat est largement installé, depuis des temps anciens, dans la population zapotèque. C’est une ville tolérante aux homosexuels et travestis, connus sous le nom de muxhes. Juchitan est aussi le berceau de l’un des premiers mouvements populaires des années 70, la Coalition ouvrière, paysanne, étudiante de l’Isthme (COCEI) qui y a créé la première radio communautaire. C’est à Juchitan aussi que, dans les années 80, l’indéboulonnable Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) ayant été battu aux élections, s’est installé un gouvernement socialiste. Là enfin que l’UCIRI (Union des coopératives indiennes de la région de l’Isthme), née dans les mêmes années, regroupe les villages producteurs de café, toujours accompagnée par le prêtre-ouvrier Francisco Van der Hoff, fondateur avec Nico Roozen de l'association et du label, Max Havelaar.

Le 7 septembre dernier, alors que le cyclone Irma balayait la Caraïbe, un tremblement de terre d’une intensité de 8,4° sur l’échelle de Richter a dévasté Juchitan et sa région. Le peintre Francisco Toledo, Indien zapotèque originaire de cette ville, l’un des plus importants peintres mexicains contemporains, engagé dans toutes les luttes pour la justice et la dignité, a lancé un appel à la solidarité depuis la ville de Oaxaca et de son Institut d’art graphique (IAGO), un lieu ouvert de la ville de Oaxaca.

Vous pouvez lui faire confiance. Votre argent arrivera là où il doit arriver, dans les villages les plus touchés par le séisme pour que se relève rapidement Juchitan. Vous pouvez l’envoyer directement à l’adresse ci-dessous ou en envoyant un chèque à Pucéart, 5 place Dauphine 33200 Bordeaux.

A tous, merci d’avance !